Ecole-Chercheur Ouïe-MO 2021

Ouïe-MO 2021

Ecole-Chercheur Ouïe-MO 2021

Téléchargez le programme de l'école-chercheur Ouïe-MO 2021

Résumé du déroulé de l'école

Les sites expérimentaux pour la recherche sur les matières organiques : instrumentation, gestion, implication territoriale 

Cette école, organisée avec les laboratoires Liec, BEF et LSE de Nancy, est soutenue par l'INRAE (départements EcoDiv et AgroEcoSystem, Formation Permanente), le CNRS (INSU), l'Université de Lorraine, le LabEx ARBRE, l'IFPEN.

L’objectif général de l’école-chercheur était de permettre aux chercheurs de s’approprier les expérimentations de terrain, d’acquérir des connaissances sur leurs atouts et contraintes et de mieux savoir comment les utiliser et les améliorer. 

Les expérimentations de terrain sont indispensables pour étudier à l’échelle réelle et sur des temps longs les mécanismes mis en jeu dans les systèmes vivants et évolutifs. Elles permettent de replacer les processus impliquant les matières organiques dans le fonctionnement global des écosystèmes, de faire un lien entre les différents écosystèmes pour mieux les comprendre dans un contexte global et de suivre et modéliser leur évolution et leur adaptation aux changements globaux. 

Grâce à quatre visites sur des sites expérimentaux variés et complémentaires, les participants se sont formés et ont réfléchi à l’instrumentation in situ pour suivre les processus de transformation et d’évolution des matières organiques, à la gestion des données, à la prise en compte de l’hétérogénéité naturelle et à l’intégration territoriale. Les sites choisis ont permis d’aborder divers compartiments (gaz, eaux, sols, biomasse) de différents écosystèmes (agricole, forestier, industriel) ainsi qu’un bassin versant.

Les exposés et travaux dirigés ont mis l’accent sur l’analyse des besoins à conduire avant de monter un site expérimental, la prise en compte de l’hétérogénéité des sites expérimentaux, sur les stratégies d’échantillonnage, sur les mesures in situ, sur les interactions avec les acteurs des territoires (sur les problématiques de méthanisation, d’agroforesterie et sur le bassin versant de l’Orne pollué par une ancienne activité sidérurgique).

Cette école-chercheur a poursuivi les explorations engagées lors des précédentes éditions sur la communication scientifique par des media sensibles et artistiques. Les ateliers ont cette fois été centrés autour du son.

Objectifs de la formation

  • Définir et comprendre les objectifs scientifiques d’un site atelier en lien avec les services écosystémiques des matières organiques ;
  • Savoir évaluer quand et comment combiner approche laboratoire et terrain ;
  • Appréhender les possibilités et les limites des observations sur le long terme et des manipulations ponctuelles ;
  • Sensibiliser et familiariser les participants aux nouveaux outils de mesure in situ ;
  • Appréhender les possibilités et les limites des outils pour pouvoir les utiliser pour ses propres questions de recherche ;
  • Sensibiliser et familiariser les participants aux problématiques d’échantillonnage ;
  • Réfléchir à la démarche nécessaire pour gérer, traiter et stocker les données ;
  • Concevoir des approches intégratives à l'échelle du territoire ;
  • Débattre de la pérennité des dispositifs expérimentaux ;
  • Sensibiliser les participants à l’utilisation du son comme nouvelle forme d’expression des données. 

Programme pédagogique

  • Présentations d’experts sur les apports de différents types de mesures (outils spectroscopiques, outils moléculaires, sondes, capteurs passifs).
  • Visites commentées de 4 sites expérimentaux (Site forestier de Champenoux, Friches d’Homécourt, Site agricole de la Bouzule, Rivière sidérurgique de l‘Orne).
  • Travaux pratiques sur l’utilisation des outils de mesure sur le terrain.
  • Travaux en sous-groupes sur le choix des outils pertinents en fonction des objectifs. Adéquation, limites, contraintes, précautions à prendre, en lien avec l’échantillonnage, conservation des échantillons.
  • Ateliers de sonification des données – Apprentissage des techniques de sonification, réflexion sur le potentiel des données sonores pour communiquer de manière transverse et pluridisciplinaire.

Comité d'organisation 

Delphine Derrien (BEF, Nancy, INRAE)
Marie-France Dignac (iEES-Paris, INRAE) 
Pierre Faure (Liec, Nancy, CNRS)
Laurence Huault (Liec, Nancy, Université de Lorraine)
Pierre Léglize (LSE, Nancy, Université de Lorraine)

Ingénierie de formation 

Stéphanie Noguet, Formation permanente nationale INRAE
Corinne Weigerding, INRAE Nancy
Vincent Boly, ENSGSI

Conception des ateliers sonores

Coralie Maurin, INRAE Paris
Tifanie Bouchara, CNAM

Date de modification : 04 juillet 2023 | Date de création : 27 février 2020 | Rédaction : MFD